Image default
Travel

Taipei à travers les yeux d’une voyageuse solo

Pourquoi je voulais y aller :

Bien que je sois née dans le sud de Taïwan, je n’avais jamais exploré Taipei de manière significative par moi-même. J’ai grandi aux États-Unis, et chaque fois que je rendais visite à mes proches, ils me transportaient de l’aéroport de Taipei à ma ville natale de Chiayi. La vérité est que je suis plus une Taïwanaise du Sud qu’une habitante cosmopolite de Taipei, mais les résidents de la capitale sont toujours mon peuple et je voulais découvrir cette ville qui m’était étrangère. Ne pas l’avoir explorée me faisait sentir plus américaine que taïwanaise—explorer Taipei me semblait être une vraie connexion à mon héritage.

Comment j’ai équilibré spontanéité et planification : J’avais l’habitude d’arriver dans une ville étrangère sans une seule réservation. De nos jours, je préfère savoir où je peux dormir, surtout après un vol de 14 heures dans un fuseau horaire complètement opposé. Pour ce voyage, j’ai fait quelques réservations d’hôtel, dont une chambre que je pouvais occuper dès mon arrivée tôt le matin. J’ai également veillé à ce que la plupart soient entièrement remboursables, au cas où je changerais d’avis. J’avais un plan général des sites que je voulais voir mais je n’ai rien réservé ; après tout, une partie du plaisir est de sortir le matin et de voir où mes impulsions me mènent.

Les gens que j’ai rencontrés : Après quelques jours seule à Taipei, j’ai ressenti le besoin de faire partie d’un groupe—j’aime mon temps en solitaire, mais je suis une personne sociable. Je peux parler et comprendre un peu le mandarin et le taïwanais, mais il est plus naturel pour moi de parler, penser et socialiser en anglais. Alors, j’ai rejoint Like It Formosa, une visite guidée à pied gratuite. Mon guide, Boan Wang, était un cinéaste qui a expliqué l’histoire de sa propre famille et donné un aperçu du paysage politique très chargé. J’ai quitté la visite avec une compréhension plus profonde de la manière dont la politique à Taipei pèse sur ses citoyens plus que dans les États-Unis, en partie à cause de la petite taille de Taïwan. Après la visite, Boan a partagé avec le groupe un QR code listant ses endroits favoris pour manger—une touche agréable.

Si je n’ai qu’un conseil de voyage solo, c’est celui-ci : Si vous envisagez de voyager seul, essayez de dépasser les hésitations et lancez-vous. C’est plus gratifiant que tout ce que vous pouvez imaginer. J’ai appris de petites choses sur moi-même, comme le fait que j’aime prendre des photos amusantes. Je m’aime plus et voyager seule me fait sentir un peu invincible.

Comment j’ai maîtrisé les coûts :

L’une des meilleures choses à propos de Taipei est que vous pouvez avoir un repas gastronomique pour environ 50 cents. Les marchés de nuit offrent de tout, des entrées aux desserts, et beaucoup des stands ont été inscrits dans le Guide Michelin de Taïwan. J’ai mangé comme une reine. Chaque fois que le petit-déjeuner de l’hôtel était inclus, je me gavais de congee, de légumes sautés, d’œufs et de fruits locaux frais comme le litchi et la goyave.

Je me suis occasionnellement offert des hôtels de luxe parce que je voulais une douche chaude et spacieuse et un lit confortable. Même si je faisais de l’exercice en marchant la plupart du temps, j’aime aussi nager régulièrement parce que cela aide à relâcher le stress du voyage ; je voyage avec des lunettes de natation et réserve des hôtels avec piscine quand je peux.

Les moments où je me suis sentie en sécurité/en danger : Taipei est généralement sûr dans les rues et tard le soir. Il y a des caméras de rue partout et je ne me suis jamais sentie menacée. Le gouvernement de Taïwan propose des programmes de protection sociale—comme les soins de santé gratuits—donc il existe des filets de sécurité et le niveau de pauvreté est également bas.

Cela dit, en tant que voyageuse solo, je prends des précautions. Quand je me couche, je bloque la porte avec une chaise ou une valise—je veux m’assurer que personne ne rentre par erreur dans ma chambre. La manière dont les taxis, les voitures et les mobylettes se croisent peut aussi être effrayante, alors je vérifie plusieurs fois la circulation avant de traverser la rue.

Ce que j’ai appris sur moi :

J’ai été surprise de voir à quel point je suis devenue émotive les jours précédant mon retour à la maison. Je me suis attachée à l’agitation de la ville, aux odeurs matinales des stands de nourriture et aux gazouillis des oiseaux tropicaux volant autour.

Je suis arrivée seule à Taipei, sans avoir une idée claire des quartiers qui composent ce vaste paysage urbain. Parce que j’étais seule, j’ai dû me débrouiller pour me déplacer dans la ville et apprendre le rythme de l’endroit que 2,5 millions de personnes appellent chez eux. À la fin, je voulais aussi appeler Taipei chez moi. Je n’avais pas réalisé à quel point je pouvais m’attacher à un endroit où je n’avais jamais vraiment vécu ; j’ai même choisi un quartier où je pourrais envisager de vivre. Un déménagement permanent à Taipei ne se ferait pas du jour au lendemain mais je savais que je reviendrais.

Mon guide pratique de Taipei :

  • Manger : Les marchés de nuit ont les meilleurs plats bon marché de la ville. Le marché de nuit de Linjiang Street (Tonghua) propose des plats emblématiques comme le Tofu puant Tien Hsiang, un favori local reconnu par Michelin. Manger des dumplings au Din Tai Fung original m’a fait comprendre pourquoi l’emplacement de Taipei a établi la norme. De plus, une table pour une personne signifie que vous n’avez pas à attendre longtemps.
  • Se divertir : Le meilleur endroit au monde pour l’histoire et l’art chinois est le Musée national du Palais. Une guide audio est indispensable pour naviguer parmi les 700 000 pièces qui tournent régulièrement. Réservez une place à la visite guidée à pied Like It Formosa pour découvrir des histoires moins connues, comme comment les influences coloniales ont façonné le Red House de Ximen, un théâtre historique avec un bar parfait pour boire un verre en solo.
  • Séjourner : Quand j’ai besoin de me détendre et de réfléchir, je trouve une piscine. Au Shangri-La Far Eastern, il y a deux piscines extérieures sur deux étages, y compris la plus haute de Taipei. J’ai nagé des longueurs avec vue sur le Taipei 101 puis siroté un cocktail au bar de la piscine en écoutant de la musique live.

Related posts

The Benefits of Having a K1 Visa in the US

Marcus Butler

Why Revenue Management Matters for Campgrounds

Marcus Butler

Tout savoir sur le printemps à Prague

Marcus Butler

Leave a Comment