Image default
Travel

Guide des meilleurs temples de Kyoto

Les temples de Kyoto sont les influenceurs de leur temps. Construit il y a des centaines, voire des milliers d’années, ils ont ouvert la voie dans les arts, l’architecture, le jardinage paysager et même la cuisine.

Cependant, voici le problème : il y a des temples partout où vous tournez à Kyoto. En fait, cette ancienne ville compte près de 1 600 temples, ce qui peut rendre la décision de savoir lesquels visiter un peu intimidante. Ne vous inquiétez pas, je vous ai couvert. Voici mes favoris—certains sont bien connus, certains sont hors des sentiers battus, mais tous sont vraiment incroyables et valent votre temps.

Si vous voulez voir les grands temples

Construit de manière spectaculaire sur une falaise sans l’utilisation de clous, Kiyomizu-dera est le grand-père des temples de Kyoto. Fondé en 778 et reconstruit en 1633 par le troisième shogun Tokugawa, c’est facilement l’un des temples les plus populaires du Japon.

À ne pas manquer : Faites la queue pour boire une louche d’eau de source de la cascade Otowa, censée porter chance. Ensuite, dirigez-vous vers la pagode à trois étages pour les meilleures vues du temple. Kiyomizu-dera est particulièrement glorieux pendant les saisons de floraison des cerisiers et de feuillage d’automne.

Conseil : La pente menant à Kiyomizu-dera, appelée Kiyomizu-zaka, est bordée de magasins vendant des sucreries, de la poterie, des éventails, des chapeaux, des carillons à vent, des porte-clés et d’autres souvenirs.

Kinkaku-ji

Souvent appelé le Pavillon d’Or, Kinkaku-ji est peut-être le temple le plus photogénique de Kyoto. Couvert de feuilles d’or (la source de son surnom), le pavillon à trois étages brille littéralement, son reflet scintillant sur l’étang en contrebas.

À ne pas manquer : Notez comment chaque étage du temple diffère : le niveau supérieur reflète l’architecture zen chinoise traditionnelle, le niveau intermédiaire est un style commun aux maisons des guerriers samouraïs de haut rang, et le rez-de-chaussée ressemble à des maisons aristocratiques anciennes.

Conseil : Le Pavillon d’Or est le plus photogénique en fin d’après-midi, surtout par temps clair. Attendez-vous à des foules quel que soit le moment où vous venez, sauf si vous y allez un jour de semaine à son ouverture.

Si vous aimez l’art bouddhiste

L’entrée de Nanzen-ji, un temple bouddhiste zen, se fait par la porte San-mon, parmi les plus massives et stupéfiantes que j’ai vues au Japon. Au-delà se trouve le hall principal impressionnant rempli d’art, à l’origine une villa impériale du 13e siècle et maintenant le temple principal de la secte Rinzai du bouddhisme zen.

À ne pas manquer : Des peintures bouddhistes vives remplissent les salles, mais ma préférée est la porte coulissante avec une peinture de Kano Tanyu représentant un tigre buvant de l’eau dans une forêt de bambous. Je suis également fan du jardin zen de roches du temple, attribué au célèbre designer paysagiste Kobori Enshu.

Conseil : Nanzen-ji est célèbre pour ses feuilles d’érable colorées en automne.

Sanjusangendo

Tout simplement, le temple Sanjusangendo me stupéfie. Plus de 1 000 statues en bois grandeur nature de Kannon, la déesse de la miséricorde, sont alignées en 50 rangées, 10 statues de profondeur, toutes sculptées dans le cyprès japonais aux 12e et 13e siècles et couvertes de feuilles d’or.

À ne pas manquer : Sanjusangendo s’étend sur presque 120 mètres de large, ce qui en fait le plus long bâtiment en bois du monde. Assurez-vous de vous promener derrière les statues jusqu’au couloir arrière.

Conseil : Malheureusement, aucune photo n’est autorisée ici.

Si vous aimez l’élégance architecturale discrète

Officiellement appelé Jisho-ji, le temple Ginkaku-ji (Pavillon d’Argent) est son nom populaire, même s’il n’y a pas un once d’argent sur la structure en bois nu à deux étages. C’est parce que lorsque le shogun Ashikaga Yoshimasa l’a construit comme villa de retraite en 1482, il prévoyait de le recouvrir d’argent en hommage au Pavillon d’Or de son grand-père.

Conseil : Le Chemin du Philosophe, qui passe devant le portail du temple Ginkaku-ji, s’étend sur environ un kilomètre le long d’un canal. Bordé de cerisiers, il est spectaculaire au printemps.

Contrairement aux autres temples de ma liste, le temple Kodai-ji porte distinctement la main d’une femme. Il a été fondé en 1606 par la veuve Nene en hommage à son mari Toyotomi Hideyoshi, un grand guerrier crédité de l’unification du Japon.

À ne pas manquer : Une salle commémorative abrite des images en bois du couple (Nene est à droite), ainsi qu’un escalier qui utilise une technique appelée “makie”, dans laquelle de la poudre d’or ou d’argent est saupoudrée sur la laque encore humide. Ce que j’aime vraiment ici, c’est le jardin parsemé de rochers, conçu par le maître de thé et artiste du 16e siècle, Kobori Enshu.

Conseil : Assurez-vous de suivre le chemin qui monte à travers une forêt de bambous ; si vous avez de la chance, vous pourriez bien l’avoir pour vous seul.

Si vous ne pouvez pas vous lasser des jardins de roches ou de mousse

Le temple Ryoan-ji possède le jardin de roches le plus célèbre du Japon. Seulement 9 mètres de large et 25 mètres de long, c’est l’épitome de la simplicité zen, juste 15 roches de différentes tailles disposées sur un lit de cailloux blancs ratissés.

Conseil : Parce que Ryoan-ji est petit et les foules peuvent être nombreuses, essayez d’arriver à son ouverture (8 ou 8h30, selon la saison).

Saihoji

Saihoji est célèbre pour son jardin de mousse, lui valant le surnom de Kokedera (Temple de la Mousse). Plus de 120 variétés de mousse forment un coussin velouté sous les bosquets et autour d’un étang en forme de caractère japonais pour “cœur”.

Conseil : Pour protéger l’environnement fragile de Saihoji, des réservations sont nécessaires. Les visites commencent par la copie de sutras pour calmer l’esprit, après quoi vous êtes libéré dans le jardin.

Si vous vivez pour faire du shopping

Fondé en 794 en tant que temple gardien de la nouvelle ville impériale, le temple To-ji est célèbre pour sa pagode à cinq étages, la plus haute du Japon et construite pour résister aux tremblements de terre.

À ne pas manquer : J’ai chronométré mes visites à Kyoto juste pour pouvoir parcourir le marché aux puces ici. Tenu le 21 de chaque mois, c’est un must pour les amateurs de shopping, avec plus de 1 000 vendeurs. C’est le plus grand marché aux puces du Japon, un terrain de chasse festif pour les antiquités, les artisanats, les kimonos vintage, la nourriture, les plantes et plus encore.

Conseil : Si vous ne pouvez pas assister au marché aux puces, une petite foire aux antiquités y est également organisée le premier dimanche de chaque mois.

Related posts

5 things you need to bring in an Epic Ocean Adventures tour

Marcus Butler

Tout savoir sur le printemps à Prague

Marcus Butler

Venez pour la Biennale, Restez pour Venise Elle-Même

Marcus Butler

Leave a Comment